Newsletter

Recevez l'actualité abcvert et les offres privilégiées de nos partenaires.
Véhicules propres : où en est-on ?

vehicules propres Vous n’arrivez pas encore à vivre sans votre voiture, mais conscient des effets néfastes de ses émissions de CO2, vous aimeriez passer au véhicule propre… Nous vous proposons dans cet article de faire le point sur les technologies qui existent déjà.

A l’heure actuelle, 900 millions de voitures roulent à travers la planète… et sont responsables d’1/3 des émissions de CO2. Depuis les premiers carburants sans plomb apparus aux Etats-Unis vers la fin des années 1970, les constructeurs automobiles se sont mis à l’œuvre et ont déjà développé un certain nombre de technologies permettant de réduire les impacts négatifs des véhicules sur l’environnement et la santé humaine. Il faudra certes encore des années de recherche afin de pouvoir commercialiser à un prix abordable des voitures parfaitement propres et disposant d’une autonomie satisfaisante, mais la machine est en route, à nous de suivre le progrès. 

La première solution est la voiture électrique. A son sujet, les critiques s’affairent sur l’encombrement des batteries qui les font fonctionner, ainsi que leur faible autonomie. Mais d’importantes innovations sont nées avec les piles à combustible et les nouvelles batteries lithium-ion ou lithium-polymère qui sont moins encombrantes et dont les performances ne cessent de s’améliorer. De plus, les voitures électriques ont une importante durée de vie, sont moins bruyantes et nécessitent peu de réparations. Occupant pourtant le rang de deuxième émetteur mondial de CO2, la Chine est à la pointe dans ce domaine. Un constructeur a lancé un prototype permettant d’atteindre 130km/h de pointe et 300 km d’autonomie grâce à une batterie au lithium nécessitant moins d’une heure pour se recharger. En Italie, a été conçu un prototype dont les batteries se rechargent grâce à des panneaux solaires placés sur le toit. Il reste cependant à résoudre les problèmes de recyclage des batteries et d’utilisation hors zone urbaine puisque les infrastructures pour recharger les batteries y sont difficiles à mettre en place. 

Le moteur à hydrogène connaît lui aussi d’importantes avancées. L’hydrogène est un combustible propre qui ne dégage que de l’eau mais qui est difficile à produire, à transporter et à stocker. Une première voiture qui sera bientôt commercialisée permet 250km d’autonomie, une vitesse de pointe de 230 km/h et une pollution nulle. Cette solution demeure particulièrement coûteuse. 

En ce qui concerne les véhicules hybrides, ils apparaissent comme une solution intermédiaire entre les véhicules conventionnels et les véhicules électriques. Le fonctionnement consiste à mettre en route le moteur thermique à une charge légèrement plus élevée que nécessaire, et se servir de ce surplus d’énergie mécanique pour charger une batterie. Cette technologie révolutionnaire affiche de brillantes performances. En 1997, Toyota a lancé la Prius, première voiture à en être équipée et qui connaît un fort succès puisqu’elle a déjà été vendue à 1 million d’exemplaires. Son principe : les batteries travaillent au démarrage et en circulation urbaine, puis le moteur à explosion prend le relais dès que la voiture roule sur route. L’énergie cinétique récupérée lors du freinage ou du ralentissement recharge les batteries. Un processus imité et adapté par bien d’autres constructeurs automobiles. 

Désormais assez controversés, les biocarburants demeurent tout de même une solution à ne pas négliger. Volvo propose aujourd’hui une gamme de véhicules roulant à l’E85 (15% d’essence, 85% d’éthanol) et rejetant 40% de CO2 en moins par rapport aux véhicules classiques. Une autre innovation récente : le moteur bi-fuel capable de carburer également au gaz obtenu à partir de déchets agricoles et d’ordures ménagères. En Suède, beaucoup d’efforts au niveau gouvernemental sont faits pour encourager le développement de cette solution : modération du prix de l’éthanol, multiplication des pompes, campagnes de publicité, avantages fiscaux… Quant à la France, Renault, Peugeot et Citroën devraient sortir cette année leur modèle à l’E85. 

Pour finir, intéressons-nous au moteur à air comprimé. Le principe : l’air comprimé est un vecteur d’une énergie électrique actuellement produite par des centrales nucléaires et des centrales thermiques. Moins puissant que les véhicules thermiques, ce type de véhicule est léger et plutôt destiné à une utilisation urbaine. Son avantage par rapport à une voiture électrique est qu’il permet de résoudre le problème du vieillissement et du recyclage des batteries. Guy Negre, ingénieur dans la F1 vient de mettre au point un modèle : la Onecats qui sortira d’ici peu. Seul bémol son autonomie permet de ne réaliser que 200km en ville et moins de 50km sur route. Avec un poids de 350kg, elle pourra atteindre les 110km/h. Son prix : 4000 € ! 

Pour en savoir plus sur les véhicules propres, connectez-vous sur : http://www.vehicule-ecologique.com

 

Formation

Formez-vous au développement durable appliqué à votre métier.

Collectivités, entreprises, acheteurs publics ou privés, profitez de notre expertise pour donner un atout durable à votre mission.

Suite : Formation développement durable

Eco-communication

Informez de manière responsable ! Découvrez nos prestations d'éco-communication :

Conception et impression de brochures, rapports développement durable, signalétique, et organisation d'événements.

En savoir plus : Eco communication